Entretien avec Tournesol Sauvage : petite édition et engagement

      Ce billet représente la troisième partie des publications issues de la recherche collaborative sur l’édition jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles menée avec des étudiants de master ; plus spécifiquement, il vise à confronter les conclusions dégagées dans le deuxième billet en questionnant la pratique d’une maison fondée postérieurement à la collecte de données, Tournesol Sauvage, quant à quatre points précis. J’ai interrogé un des deux membres actuels de la maison, François Halleux, récemment diplômé d’un master de métiers du livre à l’UCL, lors d’un entretien semi-directif. J’ai reformulé ses propos au cours de ce billet, avec son accord. La maison comprend dans son catalogue, en avril 2023, deux livres de coloriage accompagnés d’illustrations et de textes d’accompagnement documentaires.

https://www.tournesolsauvage.be/

L’entretien : publics, formats, positionnements et vente directe

      J’ai souhaité soulever quatre points que j’ai jugés d’intérêt en rapport avec les observations réalisées dans le précédent billet. 

      • Une des observations issues des données récoltées était que beaucoup de petites maisons d’édition semblent considérer les livres pour la jeunesse comme une collection de plus, qui ne demande pas de moyens ou de compétences spécifiques supplémentaires. Est-ce que s’adresser à la jeunesse a été un défi vous ? 

     “Olivier Keutgens [le fondateur de la maison] a initialement construit son projet en lien avec des enfants, des enseignants, des logopèdes pour voir à quel point son livre pouvait plaire, être reçu favorablement, après notamment une expérience de bénévolat dans une école primaire en Amérique Centrale où il menait des animations en rapport avec le monde de l’art. Il n’y a donc pas eu de formation professionnelle liée à l’enfance, mais Olivier a vraiment le contact facile avec les enfants, et n’est pas sans expérience. 
      Si nous nous adressons aux prescripteurs et par leur biais, aux enfants, on existe avant tout pour mettre en avant des valeurs qui nous sont chères. Le choix de l’enfance était alors en adéquation avec la forme du coloriage, elle-même en accord avec le style graphique d’Olivier, qui gère la plupart des aspects visuels de la maison. L’objectif étant la sensibilisation et la défense de ces valeurs[1], l’enfance nous a paru le premier public à sensibiliser.” 

    • Votre forme, actuellement, est hybride, entre coloriage et documentaire, pédagogie et divertissement. Est-ce que ce « genre », cette catégorie éditoriale intervient dans la manière dont vous vous définissez en tant qu’éditeur ? Est-ce que vous percevez vos livres comme des albums ?

      “Comme évoqué, le coloriage reste plus un moyen qu’une fin, même si Olivier a des affinités avec cette forme. Mais ces livres entre documentaire et coloriage sont voués, à l’avenir, à se trouver au sein d’une collection et non représenter l’entièreté de notre catalogue. On pourrait imaginer publier par la suite, par exemple, des romans graphiques pour adolescents, entre autres choses. Nous ne sommes donc pas fermés à aller vers d’autres publics, progressivement, et vers d’autres formes, en gardant toujours l’image au centre : on veut communiquer sur la nature à travers l’art. Nos livres restent bien des livres de coloriage, et pas des albums : pour l’instant, ils ne racontent pas à proprement parler d’histoire, ce qui est selon moi un élément définitoire de l’album.”

    • Votre « image de marque » et vos stratégies de communication sont déjà très bien définies. Est-ce le résultat d’une observation du marché de l’édition jeunesse belge et d’un positionnement précis, ou d’autre chose ? Est-ce que vous avez des rapports, des accointances avec ce milieu, vous avez l’impression d’en faire partie ?

      “Olivier sort d’une école de commerce (bien qu’il se définisse avant tout en tant qu’artiste), et a longtemps mûri le projet ; c’est lui qui gère les aspects graphiques, tandis que j’apporte mon expertise quant au monde du livre et aux réalités du terrain. Nous avons également bénéficié du soutien du Venture Lab[2] et de Luc Pire, ancienne figure de l’édition belge, qui a pu nous conseiller. Mais il n’y a pas eu de positionnement conscient et calculé de notre part vis-à-vis d’un marché, seulement un constat sur l’offre actuelle en termes de livres de coloriage.      
      Si on a quelques contacts avec des maisons comme Empaj ou Marmottons, on souffre encore trop d’un certain déficit de reconnaissance pour nous sentir faire partie de la “grande famille de l’édition belge”. Ce manque de reconnaissance ne vient pas de nous, qui nous sentons éditeurs, mais peut-être du fait que nous ne sommes pas encore reconnus par l’ADEB[3] (même si les procédures sont en cours) ou par les Éditeurs Singuliers[4]. Un autre élément qui participe à ce léger manque vient aussi du fait que nous passons pour le moment par l’autodiffusion et l’autodistribution.”

    • Est-ce que la vente directe sur internet représente une part importante de vos activités ? Comment la concevez-vous, en lien avec la manière dont cette pratique est perçue par les librairies ?

      “Nous nous autodiffusons et distribuons, comme beaucoup de petites maisons, parce que cela diminue énormément les coûts, bien que cela augmente la quantité de travail en conséquence. La vente directe poursuit encore cette idée, puisque nous faisons, en plus de la marge du diffuseur et du distributeur, celle du libraire. À notre échelle, ça reste envisageable au niveau de la charge de travail, mais nous cherchons actuellement un distributeur en accord avec nos valeurs pour faciliter les commandes de la part des librairies.
      Nous sommes cependant très attentifs à valoriser la librairie avant la vente directe. Chaque semaine, on met en valeur une librairie qui vend nos livres, pour montrer la spécificité et les qualités du lieu plutôt que notre catalogue ; on laisse également à la disposition des libraires beaucoup d’informations qui peuvent leur être utiles pour recommander nos livres. C’est du donnant-donnant : en plus de respecter les points de vente, nous avons intérêt à favoriser les libraires. Si un libraire voit qu’il a vendu tout ce qu’il avait commandé chez Tournesol Sauvage, il sera enclin à commander chez nous à nouveau.”

Petites structures, grandes valeurs : une certaine tendance dans l’édition indépendante ?

      Tournesol Sauvage semble s’inscrire directement dans la lignée d’autres maisons d’éditions de petite taille mais à la ligne graphique, éditoriale et aux valeurs clairement définies, comme les Éditions Marmottons ou Walden ; comme ces deux structures, l’équipe est très réduite et propose un engagement clair. De même que d’autres maisons d’édition publiant entièrement des livres à destination de la jeunesse, les éditeurs de Tournesol Sauvage ont pour projet de mettre en place des animations à réaliser dans des écoles primaires, qui restent d’importants clients potentiels. 

Une capture issue du site internet des éditions Walden, pour la collection Walden Nature : https://www.editionswalden.com/walden-nature

      Le manque de soin dans le visuel des livres comme du site internet et l’incohérence du projet éditorial sont les deux éléments majeurs qui contribuent à donner à certaines maisons étudiées lors du billet précédent une image de “non-maîtrise” des codes du champ lorsqu’on les compare avec de plus grandes maisons. On peut donc expliquer le caractère professionnel de l’image que renvoie Tournesol Sauvage par la combinaison des profils des deux personnes en charge de la maison : François Halleux est formé aux métiers du livre et à leurs réalités matérielles, tandis qu’Olivier Keutgens est sensibilisé tant aux problématiques d’image de marque qu’apte à créer, par ses compétences artistiques, une charte graphique cohérente et efficace pour la maison. Les éditeurs, en outre, ont su se positionner (avec plus ou moins de préméditation) par rapport à une certaine situation du livre-jeu que j’ai pu décrire au cours du billet précédent, où le médium du coloriage est dominée par de très larges groupes liés à des franchises multimédias tels que Hemma ou Langue au chat.
      C’est cette même compréhension du monde de l’édition et de ses codes qui amène les membres de la maison à mettre en avant les différents points de vente qui accueillent leurs livres dans leurs éléments de communication, dans le sens de ce respect de la chaîne du livre dans son ensemble qui caractérisait une certaine frange de maisons de la collecte de données réalisée plus tôt[5]. Ce phénomène d’émergence de petites structures indépendantes déjà positionnées dans un certain champ n’est pas inédit :

“[Les maisons indépendantes] peuvent compter sur un positionnement par le genre, par le thème, par le style ; par le graphisme ; par la cible ; par le type d’expérience proposée ; par la différenciation. Le recours au label indépendant est un type de positionnement qui opère à la fois par différenciation (par rapport aux « grands groupes ») et par identification : l’éditeur indépendant bénéficie de tout le capital symbolique accumulé collectivement, à travers le temps, par ses prédécesseurs dans l’indépendance.[6]

    Tournesol Sauvage, qui définit précisément ce caractère sauvage, hors sans doute des parterres ordonnés de la grande édition, par les mots de “jeune pousse qui répand ses fleurs solaires dans un paysage monotone et défaillant”[7], semble revendiquer cette idée d’indépendance. Ici comme chez Marmottons[8], on peut distinguer un certaine tendance à se positionner quant à des causes perçues comme importantes par, notamment, la plus jeune génération, à savoir l’écologie, le vivre-ensemble, la “floraison des idées” – une certaine posture. Ainsi, sans cynisme[9], ces valeurs représentent sans aucun doute simultanément les préoccupations de nouveaux acteurs du livre, mais aussi un certain positionnement indépendant et engagé dans un champ, qui mène inévitablement à la distinction.


[1] Les valeurs mises en avant par la maison sont présentes sur leur site : “Dépolluant, bienveillant, rayonnant, symbolique, sauvage”.  Tournesol Sauvage, https://www.tournesolsauvage.be/, consulté le 24/04/23.
[2] Le VentureLab est “un éco-système de soutien à l’entrepreneuriat à destination de tous les étudiants et des jeunes diplômés des institutions de l’Enseignement supérieur du pôle académique Liège-Luxembourg”. Linkedin, “VentureLab Belgium”, https://www.linkedin.com/company/venturelab-belgium/, consulté le 24/04/23.
[3] L’ADEB est l’Association des Éditeurs Belges, une “vitrine de l’édition professionnelle” : ADEB, https://www.adeb.be/, consulté le 24/04/23.
[4] Les Éditeurs Singuliers “réunit cinquante-cinq éditeurs de création […] principalement issus de la Fédération Wallonie-Bruxelles mais aussi de la francophonie.”  Les Éditeurs Singuliers, https://editeurssinguliers.be/, consulté le 24/04/23.
[5] “Les maisons qui ne proposent pas de vente directe ou renvoient à un portail de librairies (à savoir les éditions Kennes, Nord-Sud, Alice Jeunesse, Mijade, L’école des loisirs et Casterman) sont toutes très professionnalisées, et on peut supposer que la décision de ne pas passer par ce moyen rend davantage compte d’un choix délibéré de respecter la librairie indépendante qu’une impossibilité d’assurer les nécessités matérielles de la vente directe (liés généralement aux coûts et au temps que nécessitent les envois postaux).” Cf. Regard sur l’édition jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles.
[6] Tanguy Habrand, Les Métamorphoses de l’indépendance éditoriale. Formes et figures d’une révolution institutionnelle (thèse de doctorat), Université de Liège, Liège, 2021.
[7] Tournesol SauvageIbid.
[8] “Un livre = des valeurs. Par nos histoires, notre souhait est d’amener les enfants à réfléchir sur des valeurs essentielles et à s’épanouir dans l’optique d’un mieux-vivre ensemble. ” Marmottons, “Univers des Marmottons”, https://www.editionsmarmottons.com/univers-des-marmottons.html, consulté le 24/04/23.
[9] “[…] « Stratégie » ne signifie pas calcul froid et entièrement conscient, mais implique une part de contraintes et d’inconscience : l’action se fonde nécessairement sur la situation où l’on se trouve (par exemple, être riche de rentes ou pauvre et en attente de revenus de ses œuvres) et des moyens dont on dispose (par exemple, être supérieurement instruit comme l’était Racine ou à peu près autodidacte comme le fut Rousseau).” Alain Viala, Posture, dans Socius [en ligne], http://ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/69-posture.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victor Krywicki (24 avril 2023). Entretien avec Tournesol Sauvage : petite édition et engagement. Victor Krywicki. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n8q


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search