Tour d’horizon de l’édition jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles

    Ce billet s’inscrit dans la continuité d’une recherche collaborative menée avec des étudiants de master sur le marché de l’édition pour la jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles. L’objectif de ce billet est de produire des interprétations à partir des données dégagées par les étudiants puis complétées par mes soins à destination d’un public peu familier avec ce milieu. Cette collecte de données fut réalisée de septembre à décembre 2022, et ne prend pas en compte les éventuelles fermetures ou ouvertures de maisons d’édition survenues après cette date. Rappelons cependant qu’au sein de cette collecte, seules la moitié des maisons (46%) sont dédiées intégralement à la jeunesse : au cours de l’interprétation qui suit, je tenterai de prendre au maximum en compte cette donnée, puisque 18 des 39 maisons d’édition ne sont dédiées à la jeunesse que partiellement et à des degrés divers.

Nouvelles maisons, autres perceptions

      Parmi les 38 maisons recensées, 18 ont été fondées après 2012, il y a moins de dix ans (relativement à la date de la collecte) : il s’agit de près de la moitié d’entre elles (~47%). Ce nombre élevé rend en réalité autant compte d’un dynamisme du secteur de l’édition en Belgique dans son ensemble[1] que de celle de l’édition jeunesse en particulier : seules 7 de ces 18 maisons nouvellement fondées se consacrent intégralement à la jeunesse par leurs publications. Cependant, cette donnée semble également traduire, au moins au sein de ces jeunes structures, une certaine perception de l’édition jeunesse comme un genre « comme un autre » : celle-ci ne semble pas être conçue comme un corpus qui nécessiterait des compétences ou des ressources particulières (comme des contacts avec des écoles ou des associations de parents), ce qui aurait pu justifier sa rareté dans de nouvelles maisons inexpérimentées et à vocation généraliste. Des maisons comme F Deville, qui défendent « le livre [comme] un magnifique outil de transmission de la pensée humaine »[2], Livr’s qui « a à cœur de promouvoir la littérature de tous genres et pour tous les publics »[3] ou encore Chat Ailé[4], qui « publient des romans de nature classique, aventure, policier, fiction, jeunesse »[5] n’hésitent pas à inclure ladite jeunesse, et parfois la petite enfance au sein de leur catalogue, au nom de la littérature, de la beauté du texte ou du « coup de cœur » de l’éditeur, des éléments de discours communs à la plupart de ces maisons. La question de l’âge du public ne semble donc pas perçue comme déterminante au sein de ces petites structures encore relativement peu maîtres des codes du champ éditorial, aux lignes éditoriales peu définies, et la plupart ne laissent voir aucun aménagement spécifique quant à ces publications hormis leur classement dans une collection spécifique.     
        Les maisons se consacrant exclusivement à la jeunesse laissent voir en ligne, de manière attendue, un tout autre profil, au public naturellement plus ciblé, et proposent une ligne éditoriale généralement plus aisément appréhendable plus conforme aux codes du champ éditorial. Les ambitions de ces maisons sont fréquemment issues directement de ce ciblage, et se reflètent dans les liens tissés avec les institutions scolaires ou les activités « annexes » proposées : P&M éducation, Versant Sud Jeunesse, A pas de Loups, Entre Deux pages, les Éditions Marmottons en sont les manifestations les plus concrètes – en témoignent les ateliers créatifs d’A pas de Loups, les contenus proposés à la sortie de chaque nouveau livre des éditions Marmottons (un livret d’activités avec pistes pédagogiques, une comptine, une histoire audio, une postface « par un expert ») ou encore la collection de livres adaptés aux enfants dyslexiques d’Entre Deux Pages. Cette tendance n’est pas sans exceptions – Empaj éditions propose, par exemple, en parallèle de son catalogue de « littérature générale »[6], des livres spécialement destinés à l’apprentissage de la langue.

Le programme multimédia qui accompagne la sortie de chaque livre Marmottons. https://www.editionsmarmottons.com/univers-des-marmottons.html

Distribution des genres

      L’album reste le genre dominant : 24 des 39 maisons, à savoir près des trois quarts d’entre elles, ont au moins publié un album au cours de leur existence ; parmi les 18 maisons spécialisées dans la jeunesse, 15 d’entre elles publient des albums, à savoir plus de 80%. Il s’agit de la catégorie la plus présente dans les maisons wallonnes et  bruxelloises observées, et donc également de la plus emblématique au sein du domaine des publications destinées à la jeunesse, ce dont rendent compte mes échanges avec les étudiants. Les maisons dont le catalogue ne présente pas d’albums présentent plusieurs profils différents qu’il est intéressant de dégager : certaines moyennes et grandes structures, comme Dupuis, Bayard Milan, Mad Fabrik ou Kate’art ont défini une ligne éditoriale précise indivisible de leur image de marque (bande dessinée pour Dupuis et Mad Fabrik, périodiques pour Bayard Milan, livres documentaires sur l’art pour Kate’art) dans laquelle l’album n’a pas sa place. Dans un autre registre, il est possible que l’ASBL Chloé des Lys, en auto-distribution et dont les bénévoles à la tête de la maison publient une quarantaine de titres par an en ayant fait le choix « ne pas limiter [leur] ligne éditoriale », laissent de côté l’album pour des raisons de difficulté de fabrication. Enfin, un dernier profil apparaît, majoritaire, qui englobe toutes les maisons d’édition centrées sur les textes et laissant peu de place à l’image, comme les éditions F. Deville, Fawkes, Lilys ou Séma.
      Trois genres se partagent la deuxième place, présents chacun dans environ 40% des maisons présentes : les livres documentaires et parascolaires, les romans pour enfants et les romans pour adolescents.

    • La grande majorité des maisons qui proposent des ouvrages parascolaires ou documentaires sont exclusivement dédiées à la jeunesse, ce qui va dans le sens de l’engagement plus concret de ces maisons spécialisées envers leur public relevé plus tôt.
    • La plupart des maisons qui publient des romans pour enfants publient également des albums, les premiers étant souvent décrits comme l’étape suivante dans le parcours des jeunes lecteurs d’albums[7]. Les rares maisons qui font le choix de publier des romans pour enfants mais aucun album (comme Fawkes ou Première ligne) ont pour point commun, à nouveau, une priorité laissée au texte.
    • Enfin, au vu d’une certaine porosité entre romans pour adolescents et pour adultes, notamment par le biais de l’ensemble de publications désignées par l’appellation « young adult », on aurait pu s’attendre à un certain profil de maison chez qui les seules publications pour la jeunesse sont destinées aux adolescents, mais seules les éditions Séma, qui ont aujourd’hui cessé leur activité, correspondaient à ce profil.

      Viennent ensuite, à une fréquence similaire, l’art séquentiel (principalement de la bande dessinée, mais aussi quelques mangas chez Dupuis) et les livres jeux, deux types de publications qui remplissent des rôles assez différents au sein des maisons. Tous deux sont présents dans environ un quart des maisons recensées.

    • Les livres-jeux, de manière attendue, sont fréquemment présents en complément des livres ou périodiques qui représentent la majorité de la production des maisons. On retrouve ce schéma chez Casterman, qui classe ces éléments dans une rubrique intitulée « bonus & jeux », comme dans des structures de taille moyenne comme Mijade. Il ne s’agit pas cependant du seul rapport au livre jeu que l’on dénombre : de grandes ou très grandes structures à l’habitus plus entrepreneurial qu’artiste, comme Hemma, Caramel ou encore Langue au chat, proposent le livre-jeu comme une des pièces centrales de leur catalogue, notamment par le biais de livres de coloriage, éventuellement associés à des franchises multimédia (comme Disney ou Pixar pour le cas d’Hemma, ou des Schtroumpfs pour Caramel). Enfin, certaines petites maisons exclusivement consacrées à la jeunesse, plus engagées quant à leur public, placent le jeu au sein d’une recherche artistique (comme Esperluète) ou d’un projet pédagogique (comme Entre deux pages ou Marmottons).
Le livre-jeu issu de franchise chez Hemma. https://www.lisez.com/hemma/11

    • L’art séquentiel est représenté, dans les maisons d’édition jeunesse en Wallonie et à Bruxelles, par deux profils principaux : les maisons spécialisées et les « autres ». Les premières, majoritaires, se consacrent ou se sont consacrées majoritairement à la bande dessinée au cours de leur histoire, et celle-ci joue un rôle dans la perception de ces maisons par le public. Correspondent à ce profil les grandes maisons historiquement très liées à la bande dessinée que sont Casterman et Dupuis, mais également des structures plus récentes, comme Mad Fabrik[8], la maison Bande à part, ou dans une moindre mesure, Kennes éditions. Les autres maisons qui accueillent la bande dessinée dans  leur catalogue (comme les Éditions Phi, la collection Pastel de l’École des loisirs ou la Renaissance du livre) semblent moins considérer celle-ci comme un élément de définition de leur image qu’un format supplémentaire généralement peu différencié du reste des publications.

      Enfin, les périodiques sont plus anecdotiques en termes de présence dans le catalogue des maisons (10% des maisons en proposent), et rendent compte de la difficulté de mettre en place ce type de publications. Seules Casterman, Dupuis, Bayard Milan et Philéas et Autobulle proposent des magazines pour la jeunesse – trois grosses structures capables d’assurer le rythme rapide de productions de contenus que demande le format magazine et déjà largement installées sur le marché, et une petite structure de niche à la périodicité plus longue (six parutions par an) bénéficiant du soutien de plusieurs associations extérieures[9]. Ces exemples illustrent le risque financier que représente le format magazine pour des maisons de moindre envergure, risque que les promesses de fidélisation du public amenées par le modèle de l’abonnement ne suffisent pas à contrer. De manière plus générale, le climat financier lié à ces journaux de prépublication (qui étaient, en 2016 déjà, en baisse régulière de leur volume d’affaires depuis cinq ans)[10] peut sans aucun doute expliquer la faible présence du format périodique dans le marché de l’édition belge.

Implantations géographiques

      Il est intéressant de pointer du doigt que la région du Hainaut est celle qui comprend le plus de maisons d’éditions jeunesse (avec 12 maisons sur 39, c’est-à-dire 30% d’entre elles) devant la région Bruxelles-Capitale (avec 9 maisons sur 39, c’est-à-dire 23%). Plus spécifiquement, sept maisons se situent à Charleroi ou dans sa périphérie, comme à Marcinelle, lieu d’implantation historique de Dupuis ; trois maisons se situent dans à Mons ou en périphérie. Ainsi, la province du Hainaut accueille plus du double de maisons destinées à la jeunesse que la province de Liège ou de Namur, qui n’en accueillent que six chacune (15%). Si la comparaison des données de population des provinces est éclairante pour Namur (493 073 hab.) qui comprend 2,7 fois moins d’habitant que le Hainaut (1 341 645 hab.), il n’en va pas de même pour Liège (1 105 326 hab.)[11] qui est beaucoup plus proche du Hainaut en termes de population. La province de Liège et du Hainaut accueillent en outre, selon l’Union Wallonne des Entreprises, un nombre similaire d’entreprises. Ainsi, si la capitale reste un centre pour l’édition pour la jeunesse, le Hainaut apparaît comme un centre également, autour de Charleroi et Mons.

Répartition géographique des maisons d’édition de la collecte de données. Données cartographiques ©2022 GeoBasis-DE/BKG (©2009).

      Les causes de cette légère concentration ne peuvent être déterminées avec certitude ; il est cependant possible d’avancer quelques hypothèses. La présence d’enseignes historiques comme Dupuis représente une première possibilité. Cette présence a en effet pu représenter un pôle d’emploi provincial qui a mené à une professionnalisation de certains profils amenés par la suite à créer leurs propres structures – c’est le cas pour Dimitri Kennes, des éditions Kennes, qui fut le directeur général de Dupuis. Une autre possibilité, celle d’un lieu de formation au sein de la province qui aurait favorisé l’émergence de professionnels, semble moins prometteuse. Les fondateurs et fondatrices des maisons d’édition situées dans le Hainaut sont en effet issus en majorité de milieux annexes au livre et n’ont apparemment aucune formation spécifiquement liée à l’édition (ce qui n’est pas hors de l’ordinaire pour le secteur de la petite édition). Plusieurs fondateurs sont ainsi issus du monde de l’éducation[12], ou de formations plus diverses mais ont à leur actif un ou plusieurs livres publiés et se définissent comme auteurs[13].

Présence en ligne

Sites internet : vente directe et autres fonctions

      Toutes les maisons recensées proposent (ou proposaient) un site internet qui a pour principale fonction la mise en avant du catalogue, à l’exception des deux maisons du groupe Éditis, Langue au chat et Hemma, qui étaient présentes sur le site Lisez !. J’ai cependant dégagé deux autres fonctions principales (recensées dans le tableau) majoritaires à travers les sites internet des maisons du corpus, à savoir la vente directe et la mention d’actualités et d’événements. Si ce second critère peut généralement rendre compte, de manière assez anecdotique, d’un certain dynamisme des maisons concernées dans l’organisation d’événements ou du moins d’une attention soutenue portée à l’entretien du site internet[14], la présence ou non de vente directe paraît plus intéressante. Il apparaît que cette dernière est présente de manière quasi systématique : seules 15% des maisons ne proposent pas de vente directe[15]. Ces chiffres peuvent étonner lorsque l’on connaît l’image que pouvait avoir cette pratique dans le monde du livre jusqu’il y a peu : la vente directe est (était ?) perçue comme un manque de respect aux circuits de vente traditionnels par la fragilisation du système qu’elle entraîne, mettant spécifiquement en danger les librairies indépendantes[16].
      Parmi les causes de cette démocratisation, la crise du Covid-19 s’impose comme une évidence : le confinement généralisé, qui a eu un impact profond sur la chaîne du livre[17] comme sur tous les autres secteurs d’activité, a encouragé les structures éditoriales à créer, en parallèle d’éventuels circuits de click and collect, des procédés de vente directe pour pouvoir continuer à générer du chiffre d’affaires. Les boutiques ainsi mises en place semblent être restées en activité. Les maisons qui ne proposent pas de vente directe ou renvoient à un portail de librairies (à savoir les éditions Kennes, Nord-Sud, Alice Jeunesse, Mijade, L’école des loisirs et Casterman) sont toutes très professionnalisées, et on peut supposer que la décision de ne pas passer par ce moyen rend davantage compte d’un choix délibéré de respecter la librairie indépendante qu’une impossibilité d’assurer les nécessités matérielles de la vente directe (liés généralement aux coûts et au temps que nécessitent les envois postaux). Les maisons qui, à l’inverse, proposent de la vente directe ont des profils extrêmement variés, de Dupuis (qui emploie une boutique tierce mais sans lien avec une ou plusieurs librairies physiques) à Chloé des Lys, aux Éditions Lansmann : de petites, moyennes et grandes structures, nouvelles comme anciennes, ont recours à cette pratique.

Une capture de la page de vente directe des éditions Lansman, éditeur de théâtre historique. http://www.lansman.be/

      Ce changement dans les pratiques pourrait s’expliquer par des éléments quantitatifs : d’une part, la librairie tolère en général davantage la vente directe de la part de très petites structures, pour lesquelles celle-ci est quelquefois un moyen de survie. D’autre part, on peut émettre l’hypothèse que la part de ventes réalisées directement sur le site internet des éditeurs reste très marginale. En effet, si l’Association des Éditeurs Belges (ADEB) nous apprend qu’en 2020, 10% du chiffre d’affaire du marché du livre en Fédération Wallonie-Bruxelles était issu de ventes directes[18], il convient de remettre ces chiffres en perspective. Ces derniers décrivent en effet le marché belge de langue française, qui laisse depuis longtemps une large place à l’édition scolaire, un marché qui passe très largement par la vente directe. Il faut en outre noter que ces 10% incluent également les ventes réalisées au cours des salons et des foires, tout comme les commandes issues d’organismes publics ou privés[19].
      Si les chiffres semblent effectivement pointer dans cette direction, un entretien informel avec un libraire de la ville de Liège, bien que scientifiquement peu représentatif, s’avère important pour nuancer cette hypothèse. Loin d’une « tolérance » (à l’exception, comme évoqué, des très petites structures), la librairie généraliste semble plutôt, face à cette multiplication des boutiques en ligne, être devant le fait accompli, tandis que la vente directe contribue, dans un cercle vicieux, à dégrader les relations entre libraires et éditeurs. Les seconds prétendent alors faire de la vente directe parce que les libraires vendent mal leurs livres, tandis que les libraires sont moins enclins à mettre en avant les livres des éditeurs passant par la vente directe, puisque celle-ci outrepasse la librairie ; difficile alors de savoir « qui a commencé ». Difficile également, selon le libraire interrogé, de parler d’un changement de mentalités, et, au moins de son point de vue, on continue à voir d’un mauvais œil la pratique, qui « contribue à fragiliser le secteur entier ».

Réseaux sociaux

      Facebook reste la plateforme de référence pour la quasi totalité des maisons (37/39). Les deux uniques exceptions sont une microstructure pour qui le site internet représente la seule présence en ligne (Éditions de l’Espérance) et les éditions Hemma, qui réalisent probablement la majorité de leurs ventes en grandes surfaces alimentaire ou culturelle et n’ont par conséquent aucun besoin d’une vitrine en ligne. Les plus grandes structures ont des pages dédiées à leurs antennes jeunesse, et l’ensemble des structures les plus professionnalisées restent très actives sur Facebook. La présence d’images semble nécessaire à chacune des publications pour générer de l’engagement, et permet de rentabiliser les publications prévues pour Facebook sur Instagram (ou inversement). 31 maisons sur 39 (79%) sont présentes sur Instagram, en majorité en activité parallèle de Facebook, ce qui rend compte de la place omniprésente de l’image dans la présence en ligne des maisons d’édition aujourd’hui, en particulier peut-être pour les livres destinés à la jeunesse.
      Twitter reste plus marginal (18/39 : 46% des maisons), en particulier lorsque l’on sait qu’une partie non-négligeable (7/18) des maisons possédant un compte sur la plate-forme n’y ont rien publié depuis plus d’un an. Les éditeurs semblent éprouver des difficultés à exploiter au mieux Twitter et la proximité avec les utilisateurs qu’il promet en comparaison avec d’autres réseaux ; le réseau paraît ainsi moins perçu comme un lieu propice à la promotion. De manière générale, les maisons qui y sont les plus présentes et les plus assidues sont les grandes structures, qui visent à maximiser leur présence en ligne et qui disposent de la force de travail nécessaire gérer ces réseaux.
      D’autres maisons de taille moyenne sont présentes sur Facebook, Instagram et Twitter avec régularité, ce qui rend compte de l’attention qui est dédiée à la vitrine en ligne de ces entreprises (F. Deville, Livr’s, Lilys, Bande à part, CotCotCot). Les publications sur ces réseaux sont relativement routinisées et suivent un plan répétitif lié aux différentes sorties et événements.
      Sept maisons sont présentes sur Tiktok (18%), un nombre non négligeable compte tenu de la jeunesse du réseau social et des attentes plus précises au niveau du contenu à y poster (format vidéo court, nécessité de suivre des « trends » et d’appréhender les codes du réseau). La présence sur Tiktok rend compte d’une volonté affirmée de s’adresser à la jeunesse. Parmi les sept, cinq comptes sont effectivement actifs[20], et il est intéressant de se pencher sur les contenus proposés, qui se différencient du trio Facebook-Instagram-Twitter où les publications sont généralement identiques entre les trois réseaux. Comme on pouvait s’y attendre, les publications suivent au moins en partie les codes de la plateforme : présence inévitable de musique, d’un montage relativement rapide, humour fréquent.

Un Tiktok des éditions Lilys, légendé : “On tente… On tente même si on est pas à l’aise !” Les éditeurs n’hésitent pas à se mettre en scène et à faire preuve de second degré pour suivre les trends du réseau.[23]

      Tiktok est ainsi le réseau qui permet le plus de proximité avec le public, et qui permet le plus efficacement de renvoyer une telle image. Un certain type de publications centrées sur l’humour ou le quotidien des éditeurs permettent d’en rendre compte : behind the scenes[21], « povs »[22] avec clips audio humoristiques ajoutés par-dessus et pantomime en lien avec le métier d’éditeur, usage de filtres souvent issus de trends[23], blagues sous forme de mêmes en lien avec les livres publiés[24] sont les plus fréquents. D’autres publications sont plus directement promotionnelles, sans jamais rompre avec les codes de Tiktok : les livres sont souvent présentés en groupe, recommandés par genre[25], avec de la musique, ou quelquefois seuls, avec des images ou vidéos d’illustration supplémentaires[26] ; la présence de la maison dans des salons ou des événements est abondamment documentée[27] ; enfin, l’accent est largement mis sur la matérialité des livres[28] et sur les éventuels produits dérivés et autres publicités sur le lieu de vente (PLV)[29].
      Enfin, Youtube a été inclus principalement à des fins d’exhaustivité, mais le réseau n’a pas pour vocation d’être alimenté en publications de manière régulière et sert avant tout de plateforme d’hébergement en cas de nécessité.

Conclusions

      La large somme d’informations rassemblées par le tableau récapitulatif et par ces données interprétatives n’est que le prolongement de l’objectif initial de l’atelier mené avec les étudiants : apprendre à connaître et à comprendre, de la manière la plus précise et exhaustive possible, un marché restreint. Ces données étant issues de maisons n’étant pas toujours exclusivement dédiées à la jeunesse, le présent billet tend à illustrer la perception générale de la jeunesse en tant que genre ou catégorie éditoriale par les éditeurs en Fédération Wallonie-Bruxelles davantage qu’uniquement cartographier les « éditeurs jeunesse » Belges de langue française. Par l’association du tableau de données et de son interprétation, j’espère avoir aidé un certain public à se repérer dans le marché du livre francophone en Belgique, et à dégager des profils de maisons, d’éditeurs, de livres pour autant de lecteurs, amateurs ou (futurs) professionnels.


Merci à Tanguy Habrand pour ses conseils et ses avis.  Les réflexions entamées dans ce billet sont recontextualisées par un entretien dans un autre billet.
[1] Ce dynamisme concerne les ouvertures comme les fermetures des maisons, puisque deux de ces maisons ouvertes il y a moins de dix ans ont depuis fermé leurs portes : Fawkes éditions et les Éditions Séma.

[2] F. Deville, https://fdeville.com/editionsFdeville/, consulté le 18/04/23.
[3] Livr’s éditions, https://www.livrs-editions.com/, consulté le 18/04/23.
[4] Parmi ces maisons fondées il y a moins de dix ans et proposant un catalogue qu’on peut qualifier de « généraliste » incluant des publications destinées à la jeunesse, on peut citer : les Éditions de l’Espérance, Lilys éditions, les éditions Kennes, Empaj éditions, Poussière de lune éditions.
[5] Chat ailé, https://www.chataile.com/, consulté le 18/04/23.
[6] Les éditeurs singuliers, « Empaj éditions », https://editeurssinguliers.be/editeur/empaj-editions/, consulté le 18/04/23.
[7] On peut voir par exemple en description de la collection « Salto » d’Alice Jeunesse : « Une collection qui aide à faire le grand saut de l’album au premier roman ». Alice éditions, https://www.alice-editions.be/, consulté le 18/04/23.
[8] Mad Fabrik est une maison d’édition belge initialement indépendante, puis qui a rejoint le groupe Glénat en 2014, connue principalement pour avoir édité Kid Paddle et Game Over.
[9] Spécifiquement, les organismes suivants : Laïcité Brabant Wallon, Entre-Vues, Centre d’action Laïque. Source : Philéas et Autobulle, « Qui sommes-nous », https://www.phileasetautobule.be/le-projet/qui-sommes-nous/, consulté le 18/04/23.
[10] Gilles Ratier, Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée, 2016, l’année de la stabilisation, https://www.acbd.fr/2825/rapports/2016-lannee-de-la-stabilisation/, consulté le 18/04/23.
[11] Données issues de Wikipédia, « Provinces de Belgique », https://fr.wikipedia.org/wiki/Provinces_de_Belgique, consulté le 18/04/23.
[12] Jean-Marc Dubray, co-fondateur des éditions Walden ; Anne Libotte, d’Entre deux pages ; Émile Lansman des Éditions Lansman.
[13] David Canion des Éditions Bande à Part, Émilie Ansciaux de Livr’s éditions, Emilie Malburny de Lilys éditions.
[14] Il faut cependant garder à l’esprit que les événements en question peuvent être, par exemple, davantage relayés sur Facebook ou d’autres plateformes.
[15] « La vente directe est la vente par l’éditeur de ses livres au client final. » Les profits sont donc plus élevés pour l’éditeur. Source : Syndicat national de l’édition, « Vendre un livre : faq », https://www.sne.fr/vendre-un-livre/faq/#20_quest-ce_que_la_vente_directe, consulté le 18/04/23.
[16] Le Syndicat National de l’Édition va jusqu’à la déconseiller : « Le SNE recommande aux éditeurs de respecter les circuits de vente pour en assurer la pérennité », Ibid.
[17] Voir Tanguy Habrand, Le livre au temps du confinement, Les Impressions Nouvelles, Bruxelles, 2020.
[18] Association des éditeurs belges, « Statistiques », https://www.adeb.be/fr/editeur/statistiques, consulté le 18/04/23.
[19] Des ouvrages patrimoniaux, par exemple, sont souvent acquis en de nombreux exemplaires par les organisations publiques des villes concernées.
[20] Livr’s, Lilys, Kennes, Alice Jeunesse et Dupuis.
[21] Tiktok, « Livr’s Éditions », https://www.tiktok.com/@livrs_editions/video/7205538258648894725, consulté le 18/04/23.
[22] « Point of view », littéralement « point de vue », est une injonction au spectateur à se mettre dans une certaine position ou d’assumer un certain rôle, presque toujours à vocation humoristique : Tiktok, « Dupuis BD », https://www.tiktok.com/@dupuis_bd/video/7220419748662643974, consulté le 18/04/23.
[23] Tiktok, « Lilys éditions », https://www.tiktok.com/@lilys_editions/video/7213602587734576390, consulté le 18/04/23.
[24] Tiktok, « Alice Jeunesse », https://www.tiktok.com/@alicejeunesse/video/7212932976915516678, consulté le 18/04/23. 
Ibid.,
https://www.tiktok.com/@dupuis_bd/video/7211591830029323526

[25] Ibid., https://www.tiktok.com/@livrs_editions/video/7220672771339078938
[26] Tiktok, « Kennes Éditions », https://www.tiktok.com/@kenneseditions/video/7205613478252498182, consulté le 18/04/23. 
[27] Ibid., https://www.tiktok.com/@kenneseditions/video/7221164062057483526
Ibid.,
https://www.tiktok.com/@lilys_editions/video/7216986939583384859
Ibid.,
https://www.tiktok.com/@alicejeunesse/video/7216358667564616966

[28] Ibid., https://www.tiktok.com/@alicejeunesse/video/7192869188107619590
[29] Ibid., https://www.tiktok.com/@dupuis_bd/video/7219393193572437254


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victor Krywicki (17 avril 2023). Tour d’horizon de l’édition jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles. Victor Krywicki. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n8n


Une réflexion sur « Tour d’horizon de l’édition jeunesse en Fédération Wallonie-Bruxelles »

  1. C’est un état des lieux tout à fait intéressant, merci. J’aimerais compléter les informations contenues dans le paragraphe sur les périodiques en précisant qu’il existe depuis 2020 une revue numérique qui rassemble un collectif de 5 maisons d’édition jeunesse belges et francophones*, Ła petite feuille de ¢hou : https://petitefeuilledechou.wixsite.com/collectif/la-revue Le numérique permet de pallier le risque financier évoqué dans l’article.

    *Kate’Art, CotCotCot, Versant Sud Jeunesse, Esperluète, À pas de loups

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search