Mener une recherche collaborative avec des étudiants de master : les nouvelles maisons d’édition en FWB

Ce billet est le deuxième qui traite de la recherche collaborative menée depuis 2022 avec des étudiants de master dans le cadre du cours d’Histoire et actualité de l’édition en Wallonie et à Bruxelles ; vous pouvez retrouver le premier ici.

………Nouvelle année académique et nouveaux étudiants signifient nouveau projet pédagogique : cette fois encore, il s’est agi, avec le professeur ordinaire que j’assiste, de mettre en place un dispositif d’enseignement qui permettrait aux étudiants de master de la finalité Édition et Métiers du livre d’observer de première main l’actualité de l’édition en Belgique. L’année précédente, nous avions travaillé sur les maisons d’éditions qui produisaient des livres destinés à la jeunesse ; cette année, nous avons décidé de proposer un regard plus transversal sur le champ éditorial, régi par un critère temporel : notre observation a porté sur les maisons d’édition belges comptabilisant dix ans d’existence ou moins. Cet article a pour but, comme le précédent référencé supra, de rendre compte du processus de création d’une telle leçon, mais aussi de relater les améliorations qui ont été apportées aux méthodes pédagogiques employées, notamment par l’utilisation du présent blog.

Préparation du cours et objectifs

………J’ai bien entendu profité, lors de la préparation de ce cours, de l’expérience accumulée lors des leçons données l’année précédente comme de la réutilisation de certaines slides déjà composées qui convenaient toujours à mon propos. Il m’a toutefois fallu à nouveau procéder à un recensement cherchant à tendre vers l’exhaustivité des maisons d’éditions belges créées entre 2013 et aujourd’hui (2023). Si le site de l’Association des Éditeurs Belges (ADEB) m’a à nouveau été utile, j’ai également employé, pour recouper cette première collecte de données, une brochure créée par le syndicat interprofessionnel PILEn dans le cadre de la campagne “Lisez-vous le Belge ?” intitulée Maisons d’édition belges à (re)découvrir, qui propose un tour d’horizon de maisons belges de langue française, réparties par différents genres. Cette recension fut relativement fastidieuse au vu de la difficulté d’accès à certaines données clés, comme la date de fondation des maisons, pour laquelle j’ai fréquemment recouru au Moniteur Belge[1]


Fragment du tableau préparatoire destiné aux étudiants, avec les maisons d’édition déjà traitées en rouge.

………J’ai pu dénombrer, lors d’une première recension par ce biais, 46 maisons d’édition[2] créées entre 2013 et 2023 ; parmi celles-ci, 17 avaient déjà été traitées lors de la précédente session, et ont dès lors été exclues du corpus destiné à être observé par les étudiants. Parmi les 29 maisons restantes, 15 ont été sélectionnées librement par ceux-ci. Il avait en effet été établi que les étudiants, du fait de leur nombre moins important et de la difficulté de créer des ensembles de maisons contrastifs pertinents dans un corpus trop divers, observeraient ces maisons individuellement[3].
………Enfin, le plan des différentes leçons a été établi en suivant une structure similaire à celle des leçons données l’année précédente, avec quelques modifications d’importance que je détaillerai ci-après. Je noterai cependant dès à présent que les étudiants n’ont plus été invités à partager leurs recherches au groupe au fur et à mesure des leçons, puisque ces séances étaient souvent, comme il m’avait été signalé lors de la précédente recherche, très longues et très peu rythmées, et par conséquent peu efficaces dans leurs objectifs de transmission et de partage.
………J’ai donc souhaité essayer une autre formule, où la recherche des étudiants, menée individuellement et non plus en groupe, ne serait présentée aux autres qu’à la fin du cours, lors d’un exposé final – nous reviendrons sur ce changement en fin d’article. De manière globale, la stratégie pédagogique déployée ici a été, à nouveau, d’amener les étudiants à développer un regard sociologique sur leurs objets d’étude. Dans ce but, j’ai retardé au maximum le premier contact avec la théorie “pure” afin de faire “sentir” aux étudiants que cette perception sociologique passe également par des éléments concrets, informels, ou parfois considérés comme subjectifs sans que ceux-ci ne soient perçus comme inutilisables dans le cadre de la construction d’un savoir scientifique.

Première partie du cours : déroutiniser les genres

Première leçon – introduction, consignes (30 minutes)

………De la même manière que, l’année précédente, les premiers contacts avec les étudiants avaient pour objectif de bousculer leurs perceptions de la “jeunesse” en tant que catégorie éditoriale, j’ai souhaité ici montrer au groupe que la notion de “genre” en tant que notion classificatoire est mouvante, et dépend très souvent de son émetteur comme de son récepteur. Ainsi, une fois les maisons réparties, j’ai donné comme instruction aux étudiants, outre l’observation de données factuelles simples destinées à permettre une approche progressive de leur maison (nombre de titres parus, lieu d’implantation, diffuseur et distributeur), de classer le catalogue de la maison en différents genres.
………Ces données seraient, de manière analogue à la précédente observation du marché éditorial, reprises dans un tableau Google Sheets collaboratif. Je n’ai cependant proposé aucun genre de référence pour baliser cette première classification, en précisant explicitement aux étudiants qu’allait régner, durant les deux semaines destinées à la collecte, un léger désordre, puisque chacun avait l’instruction de créer une nouvelle catégorie générique si certains livres publiés par leurs maisons ne correspondaient pas aux genres déjà proposés par les autres participants de la leçon.


Slide de consignes destinée aux étudiants.

………Enfin, a été donné à lire aux étudiants l’article de blog qui rendait compte de mes observations quant aux données récoltées au cours de l’année précédente, cela dans le but de montrer d’emblée aux étudiants la finalité de notre démarche ainsi que le genre d’interprétations qui pouvaient être produites à partir des données concrètes qu’ils allaient récolter. L’ambition plus large était également d’illustrer que la filière métiers du livre observe bien l’actualité de l’édition Belge, et que la démarche entamée ici n’est pas isolée mais s’inscrit déjà dans une écriture du contemporain encore relativement modeste, mais collaborative et actuelle.

Deuxième leçon – régulariser l’anarchie générique (1 heure)

………Les résultats de ma “stratégie pédagogique” ne m’ont pas déçu le tableau collaboratif comprenait, à la veille de la mise en commun, vingt-neuf genres différents, retranscrits ici dans leur forme originale :

Polar (Drame/Thriller/…) ; Jeunesse ; Nouvelles ; Anticipation ; Développement personnel ; Romans historiques ; Romance ; Récits de vie ; Poésie ; Théâtre ; Biographie ; Roman photo ; Carnet de voyage ; Découverte d’un sujet ; Fiction ; Fantastique ; Livre avec des exercices ; Fantaisie ; Contemporain ; Slam/chansons ; Témoignages ; Contes/mythologie ; Roman ; Essai ; Cosy crime mystery ; Entretiens sur l’écriture ; Fable ; Guide de voyage ; Bande dessinée.

………C’est bien une telle variété que j’espérais voir apparaître pour permettre aux étudiants de constater par eux-mêmes la diversité des genres qui existent à la fois dans leurs propres perceptions, mais aussi dans les discours produits par les éditeurs sur leurs productions. On observe ici des genres très divers à de nombreux niveaux, des plus généraux (“fiction”) aux plus spécifiques (“cosy crime mystery”) (qui signifient par ailleurs un certain positionnement pour quiconque l’emploie dans le milieu des littératures “de genre” par la précision même du terme).
………Cette variété met en lumière la nécessité de réduire cette sélection à des catégories construites spécifiquement pour notre corpus de maisons. Dans ce but, nous avons tenté de construire collaborativement des caractéristiques qui permettraient de discriminer la production des éditeurs par différents genres généraux, en gardant toujours à l’esprit la finalité même de ces observations : permettre au public de “cerner” de manière efficace une maison d’édition par la simple observation du tableau récapitulatif.

Tableau de travail de discrimination des genres.

………Les étudiants ont proposé simultanément des caractéristiques qui leur paraissaient pertinentes comme des genres plus généraux, tels que “roman” ou “poésie”, de sorte que le tableau s’est rempli progressivement lors de la séance. Le genre du théâtre, qui avait été omis lors du précédent cours d’Actualité de l’édition en Wallonie et à Bruxelles, a posé problème dans le fonctionnement que nous avions choisi, et a nécessité la création d’une catégorie liée, de manière lâche, au “contenu” (narration/action/description/esthétisation). De la même  manière, la discrimination de la BD, des comics et du manga des autres genres a mené à la création d’une catégorie concernant la “séquentialité”, à savoir l’existence ou non d’une séparation du contenu du livre entre différentes unités en interaction et significatives dans la perception du genre par le public – la case, ou la réplique pour le théâtre.
………Enfin, il nous a fallu introduire la notion de “public”, qui serait large ou restreint, pour pouvoir différencier efficacement les essais des livres pratiques, deux catégories relativement semblables mais renvoyant à un imaginaire tout à fait différent (le premier lettré et prestigieux, le second plus populaire) et méritant par conséquent d’être distinguées pour correspondre à l’ambition de ce tableau, à savoir aider le public à cerner rapidement les maisons d’édition recensées. Après avoir défini les catégories et réparti ensemble les précédentes propositions de genres dans celles-ci, j’ai fourni une version “nettoyée” du tableau aux étudiants.

Tableau final de distribution des genres.

………Si ce tableau est largement critiquable pour certaines catégories ou critères qu’on pourrait considérer peu précis, il convient de rappeler que ce dernier est avant tout utilitaire, et vise à formaliser des catégories parfois flottantes pour aider les étudiants à pouvoir classer les publications des maisons qu’ils observent.

Seconde partie du cours : construire un regard sociologique

………Par la suite, il a été demandé aux étudiants d’observer le catalogue, les livres et le site internet de leurs maisons selon ce que j’ai nommé leur “aspect” : il était en réalité déjà question d’évaluer le degré de professionnalisme de ces maisons quant à leurs publications comme quant à l’image qu’elles renvoient en ligne. La recherche menée lors de l’année précédente avait souffert d’une réticence des étudiants à formuler ce que ces derniers avaient perçu comme des “jugements” difficiles à mettre par écrit dans la forme très normée du travail universitaire. Pour répondre à cette constatation, j’ai mis en place deux stratégies : dans un premier temps, j’ai simplement insisté sur la nature même de ces “jugements”, en précisant bien qu’il s’agit avant tout d’analyser les positionnements de ces maisons dans le champ éditorial[4] et non de déterminer la “qualité” de celles-ci.

Slides destinées à rassurer les étudiants sur les “jugements” portés sur les maisons.

………En deuxième lieu, j’ai demandé aux étudiants de noter le professionnalisme des catalogues, des publications et des sites de leurs objets d’étude au moyen d’une note sur cinq à insérer dans le tableau récapitulatif : l’objectif de cette injonction était, de manière avouée, de forcer ces derniers à porter une appréciation sur leur maison basée sur une perception instinctive assez tôt dans le processus[5]. Si la notion de “note” transporte sans doute avec elle toute la rigidité de l’institution scolaire, elle offre cependant aux étudiants un cadre familier et intuitif permettant de formaliser par des chiffres leurs premières perceptions.
………J’ai également proposé aux étudiants, sans amener encore de théorie à proprement parler, une variété de pistes à explorer pour l’observation des sites, des catalogues et des livres, en insistant notamment sur la possibilité de comparer leurs objets d’étude avec des pôles de professionnalisme ou d’amateurisme, comme certaines maisons particulièrement installées dans le champ éditorial (Casterman ou Dupuis, par exemple) ou à l’inverse, des maisons peu insérées (comme Chloé des Lys, ASBL d’édition gérée par des bénévoles extérieurs au monde du livre et donc littéralement non professionnelle).

Slide visant à apporter des pistes pour l’observation des maisons dans différents aspects.

………Enfin, comme il était également demandé aux étudiants d’observer les différentes fonctions des sites internet (présence ou non de vente directe et des actualités de la maison), l’article que j’avais rédigé sur la maison d’édition indépendante Tournesol Sauvage leur a été donné à lire, spécifiquement pour le rapport qu’avaient ces éditeurs avec la vente directe[6]. Cette démarche s’inscrit dans la continuité de ma volonté d’acculturer progressivement les étudiants au regard sociologique sur leurs maisons, et le rapport à la vente directe m’a paru un élément déterminant, puisqu’il révèle très souvent la perception des éditeurs de la chaîne du livre dans son ensemble, et par conséquent, une forme de positionnement dans le champ.

Troisième leçon – un peu de théorie, enfin (1 heure)

………La théorie qui a été présentée lors de cette leçon avait pour vocation de proposer des outils conceptuels utiles à la rédaction du travail final. L’année précédente, j’avais proposé trois notions relativement flottantes : ethos, image projetée et habitus. Celles-ci se voulaient fonctionnelles et intuitives, et avaient été assez peu définies, ce qui avait mené certains étudiants à les utiliser de manière peu précise. Cette fois, j’ai mis en avant deux notions conçues pour fonctionner en tandem : l’ethos et la posture. La première a été définie, dans sa forme la plus brève, comme “l’image de soi que donne à voir le locuteur de tout énoncé”. S’il s’observe traditionnellement par des éléments discursifs, j’ai pris la décision d’élargir la notion aux éléments non-discursifs.

Slide théorique sur la notion d’ethos.

………En parallèle, nous avons déployé la notion de posture définie par Alain Viala comme “la façon d’occuper une position [ici, dans un champ] et d’ajuster son attitude à cette position”. La posture a été décrite, dans le but de distinguer les deux notions de façon compréhensible pour les étudiants, comme étant davantage construite consciemment que l’ethos, qui ne relève pas, dans la définition qui nous intéresse, d’un choix conscient. Les principales sources employées ici sont issues du site de ressources sur le littéraire et le social Socius ; les articles du lexique qui m’ont été utiles pour composer ces slides ont été données aux étudiants comme pistes précieuses d’approfondissement. De la même manière, j’ai transmis aux étudiants l’article que j’avais rédigé sur les Éditions Zulma qui analysait une certaine posture de la maison, posture littéraire mais tangente passant par deux livres-jeux. L’objectif était de proposer un parcours de réflexion autour de cette notion, mais aussi d’illustrer les éléments qui pouvaient venir nourrir celle-ci, comme le paratexte.

Slide théorique sur la notion d’ethos.

Retour réflexif sur le cours et l’évaluation

Lectures et théorie

………Cette dernière leçon marquait la fin des séances d'”actualité” à proprement parler, bien que j’aie continué à suivre de près le déroulement des recherches des étudiants en discutant de leur avancement en début de cours. Spécifiquement, j’ai pu poursuivre mes explications quant aux notions théoriques auprès des étudiants lors de plusieurs séances de questions. Celles-ci traduisaient les obstacles qui subsistent quant à l’apport de théorie dans un atelier donné en premier quadrimestre de première master à un public pouvant être issu de différentes filières et aux parcours divers[7]. L’ajout de lectures obligatoires sous la forme d’articles de blog m’a cependant semblé concluant, en particulier car ces derniers constituaient un corpus d’exemples d’applications concrètes des notions d’ethos et de posture sur des objets éditoriaux, que ces recherches se basent sur un contact direct avec un éditeur ou sur le seul paratexte des livres. Certains étudiants ont même regretté de ne pas disposer de davantage d’exemples d’applications de la notion de posture pour mieux appréhender celle-ci.
………De manière globale, les changements dans les méthodes d’évaluation se sont avérés concluants : le tandem de concepts théoriques amené cette fois sous la forme d’ethos et de posture m’a semblé plus efficace que le “trio” ethos, image projetée et habitus, notamment grâce à une approche théorique plus frontale. Il serait sans doute judicieux de rendre la lecture des notices Socius obligatoire et non plus facultative, quitte à en faire une lecture collective et accompagnée par le biais d’une séance de cours dédiée.

Organisation et structure

………Le choix d’attribuer une maison d’édition par étudiant m’a également semblé payant. En effet, si faire travailler les étudiants par groupe permettait naturellement à ceux-ci d’observer des maisons aux positionnements variés dans le champ, la forme du travail individuel au sujet choisi a donné, il me semble, des travaux avec une plus grande profondeur. Le fait de laisser choisir les étudiants la maison qu’ils souhaitaient observer a donc probablement mené à un plus grand investissement de la part de ceux-ci ; il a cependant aussi mené à quelques manques de distance vis-à-vis des objets étudiés, où le rapport de l’étudiant à la maison n’était pas neutre, ce qui a créé quelques problèmes de ton dans le travail final.
………Enfin, notons que les leçons en elles-mêmes ont grandement gagné en fluidité grâce à la décision de ne partager les résultats des recherches avec le groupe qu’au moment des résultats, sans qu’une perte soit à noter quant à la circulation des informations : les étudiants ont abondamment partagé leurs impressions sur leurs objets d’étude de manière informelle, en bavardant avant le cours, à la pause (ou a d’autres moments que je n’ai pas pu observer).

Et après ?

………Il est déjà nécessaire, à mon sens, de s’interroger sur l’avenir de cet atelier d’actualité. Il s’avère dès maintenant difficile de trouver un thème qui corresponde aux attentes du format de la leçon, d’autant que les choix opérés quant à la structure du cours ont perdu en efficacité d’une année sur l’autre. En effet, si élargir les perceptions des étudiants de la jeunesse en tant que catégorie éditoriale m’a semblé pertinent et même salutaire, le “décloisonnement” des genres proposé cette année, bien que toujours utile, est apparu moins en rapport avec le reste de l’atelier. A l’inverse, ce que les observations menées ces deux années ont mis en lumière, c’est bien la vitesse à laquelle les maisons naissent et meurent en FWB, et combien il est difficile de fixer des données concrètes les concernant. L’idée qui se dessine alors déjà au sein de la section Métiers du Livre, sur laquelle, je l’espère, je reviendrai, serait celle d’une observation plus généralisée de l’édition Belge de langue Française qui permette d’accueillir de manière pérenne ces ateliers d’actualité de l’édition, mais aussi d’ancrer ces recherches dans une continuité plus marquée d’une année sur l’autre.


[1] Cet organe juridique “assure la production et la diffusion d’un large éventail de publications officielles et publiques” tels que des documents concernant la fondation ou à la restructuration d’entreprises, ce qui inclut naturellement les maisons d’édition. Le moniteur belge, https://justice.belgium.be/fr/service_public_federal_justice/organisation/moniteur_belge [consulté le 23/10/23].
[2] Je reviendrai dans un prochain article sur les difficultés que pose l’ambition d’observer les maisons d’éditions récentes en FWB, et souhaite signaler d’emblée que le chiffre donné ici ne représente pas le résultat final de la collecte menée par la suite, mais bien un chiffre intermédiaire obtenu suite à la combinaison des méthodes présentées.

[3] Les 17 maisons déjà observées lors de l’année précédente, comme pour les maisons n’ayant pas été choisies par les étudiants, ont été observées par moi-même.
[4] Bien que peu d’éléments de théorie relatifs au champ éditorial aient été déployées à cette étape de la recherche, il a paru pertinent de déjà proposer des éléments relatifs à la théorie des champs de Bourdieu, à des fins d’acclimatation progressive à la notion.
[5] J’ai assuré aux étudiants que cette note donnée n’aura aucune place dans le tableau final, et ne serait donc pas publique.

[6]La vente directe est la vente par l’éditeur de ses livres au client final”. Syndicat national de l’édition, “FAQ circuit du livre”, https://www.sne.fr/vendre-un-livre/faq/.
[7] Les étudiants en Métiers du Livre peuvent être issus de Langues et Lettres Françaises et Romanes, de Médias, Culture et Communication ou encore d’autres filières de Philosophie et Lettres, sous réserve de valider une “année passerelle”. Le rapport inégal qu’entretiennent les étudiants à ces éléments théoriques m’a par conséquent paru difficilement évitable.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victor Krywicki (26 février 2024). Mener une recherche collaborative avec des étudiants de master : les nouvelles maisons d’édition en FWB. Victor Krywicki. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n8w


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search