Étudier la posture par le paratexte : deux degrés de littérarisation du jeu aux éditions Zulma

J’aimerais développer ici une brève réflexion quant à ce que j’ai appelé la “littérarisation du jeu” à travers deux exemples issus des Éditions Zulma. Cette maison, qui existe depuis plus de trente ans et a publié plus de deux cents ouvrages de grand format et cent vingt au format de poche, se définit comme éditrice de “littératures du monde entier”. Sur le site internet, la présentation de la maison est cependant très succincte, et s’efface derrière les autres acteurs qui contribuent à faire exister leurs livres. Si la brièveté et l’apparente modestie de cette présentation est déjà éloquente en soi, le parti pris de ce billet est d’éclairer d’autres aspects du positionnement des Éditions Zulma dans le champ littéraire ainsi que leur posture – autrement dit, leur façon d’occuper cette position[1], cela par l’observation du paratexte de deux de leurs livres : les Mots croisés de Michel Laclos et les Nouveaux jeux intéressants de Georges Perec[2]

Ces deux livres ont pour point commun évident de proposer dans leur corps non seulement du texte mais aussi des jeux sous des formes diverses. Ces deux ensembles d’ouvrages[3] sont les deux seules occurrences de livre-jeux dans le catalogue de Zulma, mais ils ont également la rare particularité (au moins dans l’édition généraliste francophone) de proposer ces jeux dans un format de livre de poche. Ils transigent par là avec les règles implicites du format, traditionnellement destiné, sinon à la haute littérature, au moins au texte. Cette transgression, c’est bien le paratexte qui l’autorise, par des stratégies distinctes pour chacun des ouvrages. Je commencerai ici par l’évocation des livres de Michel Laclos.

Mots croisés et sourires en coin

Le mot croisé est indissociable du magazine ; c’est là qu’on le retrouve le plus communément, de même qu’à la fin des journaux. Il est un objet perçu comme populaire, destiné à divertir, en vacances, dans les transports. Bien qu’il soit sans doute le plus littéraire  de cet ensemble diffus de jeux de réflexion (devant, bien sûr, le sudoku, mais aussi, par exemple, les mots fléchés ou les mots mêlés), il ne semble pas avoir sa place dans un livre. Plusieurs éléments paratextuels viennent cependant ici affirmer le contraire.

Le visuel de cette première de couverture d’abord, qui adapte la charte graphique très identifiable des collections de littérature de Zulma faite principalement de motifs géométriques et colorés[4], prête sa littérarité au livre tout en mimant les cases du mot croisé. S’ajoutent à cela les cadres qui entourent la mention de la maison et de l’ensemble auteur-titre qui connotent, au moins depuis la « Blanche » de Gallimard ou la charte graphique actuelle des Éditions de Minuit, la sobriété souvent associée à l’exigence littéraire. Enfin, la présence du nom d’auteur, Michel Laclos, « génial verbicruciste », laisse entendre, comme l’appuiera la quatrième de couverture, qu’il ne s’agit pas d’une grille de mots croisés anonyme comme elles le sont souvent, tandis que la mention des Éditions Zulma en évidence vient confirmer que la maison prête son prestige au livre et assume pleinement sa publication. 

La quatrième de couverture introduit cependant une nouvelle dimension que l’on pourra retrouver dans la préface : celle d’un ton ludique, d’une attitude désinvolte qui vient diluer cette littérarisation par l’invocation de l’imaginaire du mot croisé populaire. En d’autres termes, s’il s’agit bien de “bons” mots croisés qui méritent d’être dans un livre (comme le signale la première de couverture), le sérieux de ces signaux de prestige symbolique est déjà désamorcé par les quelques références aux codes du mot croisé populaire : les solutions sont tant en fin de volume qu’à l’envers, en petit caractères. Le lecteur est alors déjà invité à avoir une attitude ludique en manipulant l’objet comme il l’aurait fait avec son journal. Mais c’est sans doute la préface qui vient parachever le processus entamé:

“A mesure que Michel Laclos m’accepte à son côté, depuis que nous nous fréquentons — cela commence à ciseler des souvenirs pour moi, on considérera que c’était hier pour lui : je suis plus lent à vivre—, depuis quelques années, donc, je m’aperçois tous les jours qu’il me manque une case : je ne fais pas de mots croisés. Je ne fais pas ceux du prince du genre. […]
Et c’est ce même étonnement, à chaque fois, parce que [le nom de Michel Laclos] sera apparu dans la conversation […], de lire dans la prunelle de l’interlocuteur un miroitement. C’est très bref, ça ressemble à un sourire tourné vers le dedans, à des souvenirs encore, seraient-ils d’un autre ordre, mais pour moi seul. J’en suis réduit à supposer que ça ramène à des arrêts sur la pente, par quelque bout qu’on la prenne, d’exister.[5]

Si la présence même d’une préface, habituellement réservée aux ouvrages classiques, invoque déjà un imaginaire littéraire, la longueur et la complexité de la première phrase, comme l’emploi d’un certain vocabulaire (“ciseler”, “miroitement”…) viennent compléter le tableau. Enfin, l’élégance étudiée de la mise en page, qui oppose deux rectangles à chaque double page, ajoute encore à l’impression générale.

Mais la littérarité de cette préface semble pourtant poussée à l’excès ; le style trop abondant déborde de ce texte dont la simple présence dans un livre de mots croisés étonne, et le décalage qui en naît prête à sourire. Qu’il manque une case à Éric Holder, le préfacier, confirme la démarche : les éditions Zulma laissent voir une certaine décontraction chic et pince-sans-rire dans leur traitement du jeu, littéraire mais pas trop, et montrent du même coup leur maîtrise des règles mêmes du “jeu littéraire”, car il n’y a pas plus suprême hommage au jeu que de se jouer de ses règles, être conscient du jeu qu’on mène au sein d’un champ nécessitant d’avoir une certaine  perception, et même une certaine compréhension des règles de ce champ

“Le jeu, mode d’emploi”

Le deuxième exemple que j’aimerais développer propose une toute autre stratégie pour littérariser le jeu, en poussant plus loin le processus. Plus de clin d’œil à un imaginaire populaire : les références retrouvées ici, on va le voir, sont beaucoup moins inclusives, et destinées à un public plus restreint.

Le premier élément, qui est parmi les plus notables, est la présence de ces Nouveaux jeux intéressants dans la collection “littérature” des Éditions Zulma, là ou les mots croisés étaient classés avec leurs semblables, au sein d’une collection dédiée. Être dans cette collection signifie jouir de la charte graphique de la maison : les motifs, le Z et le triangle sur la pointe sont autant d’éléments performatifs qui font de facto de ce livre de la littérature aux yeux du public

La quatrième de couverture nous apprend que le livre est présenté par Jacques Bens, écrivain oulipien, et Bernard Magné, spécialiste de Georges Perec. Dans ce texte liminaire, Bernard Magné évoque directement la genèse des jeux composés par Georges Perec et Jacques Bens. L’autre texte de la quatrième de couverture est un extrait du Nouvel Observateur :

“Mots croisés ou carrés, rébus, problèmes logiques, anagrammes et autres jeux de lettres (certains ont paru de septembre 1981 à février 1982 dans Jeune Afrique, beaucoup sont inédits… Il a tout imaginé, Georges Perec ! Car le jeu lui était métaphore, et l’écriture est un jeu qui se joue à deux. Voici le jeu mode d’emploi pour lire Perec, où commande le nombre sept, voire sept fois sept. Et le vrai et le faux. Exemple : dans Othello de Shakespeare, le rôle d’Othello est plus long que celui d’Iago. Solution page 79. Amateurs, à vous de déjouer Perec. [6]

Il ne s’agit plus ici de faire appel à l’imaginaire ludique et populaire du journal ou du magazine, bien que ces jeux en soient issus : c’est bien Georges Perec qui est mis en avant, et des références lettrées qui sont formulées. En témoignent l’évocation du célèbre roman de l’auteur, La Vie mode d’emploi, ou encore le choix éditorial d’avoir reproduit la ligature “” qui charrie une connotation très classique (on la retrouve aujourd’hui encore dans les ouvrages de la collection Pléiade de Gallimard). Si le préfacier du précédent livre, Éric Holder, était un écrivain confirmé, les auteurs du texte liminaire sont cette fois proches de Perec lui-même ou éminents spécialistes de son œuvre issus du monde universitaire. Plus encore, l’ouvrage est présenté non pas comme un simple fragment insolite de l’œuvre de l’écrivain, mais comme une clé de lecture précieuse pour comprendre son travail : 

“Aujourd’hui republier les jeux de Georges Perec, n’est-ce pas, en définitive, au-delà de l’hommage à l’écrivain, une manière un peu oblique mais somme toute assez efficace d’apprendre à lire son œuvre ?”

Pourtant, Jacques Bens confirme l’impression que j’ai pu avoir en acquérant ce livre, et rappelle que ces jeux, destinés à un public jeune, ont été conçus avec une intention pédagogique ; il ajoute en outre que parmi les nombreuses expérimentations ludiques de Perec, celles-ci ne sont peut-être pas les plus significatives pour cerner au mieux la “fertile imagination” de l’auteur. Et si ces jeux sont loin de m’avoir parus trop simples ou inintéressants, ils m’ont semblés rester ce qu’ils étaient initialement, malgré tout l’appareil paratextuel qui les emballent : des jeux, parfois complexes, mais jamais si éloignés de ceux que l’on retrouve à la fin des journaux. L’élément qui vient alors permettre presque à lui seul de faire exister ce “texte” comme un livre reste le seul nom de Georges Perec. Conçus par un autre moins illustre, ces jeux n’auraient sans doute jamais vus le jour dans la collection littéraire de Zulma, et c’est bien le nom de l’auteur, un élément paratextuel, dans un reversement de la logique usuelle du livre, qui permet au texte d’exister sous la forme qu’il connaît : tout le reste — préface, quatrième de couverture et autres références lettrées — ne viennent que soutenir le nom de Perec.

Un pas de côté 

C’est à mon sens un petit tour de force des Éditions Zulma que d’avoir su emballer si efficacement ces jeux, en jouant, avec sérieux ou espièglerie, avec les codes du livre traditionnel. Que leur contenu soit aussi exceptionnel que le promettent leurs paratextes n’est pas la question, car ces paratextes font des livres qu’ils présentent des curiosités attirantes, originales, propices à être offertes ou achetées impulsivement (comme ce fut, je l’avoue, mon cas) pour le simple plaisir de la collection qui est l’apanage du livre de poche.

En bref, l’existence de ces livres au sein de la maison Zulma laisse voir non seulement une certaine conception de la littérature, peut-être plus ouverte aux chemins alternatifs, mais aussi une certaine apparence d’aisance dans le champ littéraire, incarnée par cette posture que j’ai ici tenté de décrire, qu’on pourrait nommer “périlittéraire”. Si on peut formuler la tendance générale selon laquelle au plus une maison d’édition a une place centrale dans le champ éditorial, moins elle prend la liberté d’expérimenter formellement, alors c’est sans doute en étant consciente de son positionnement simultanément efficace et marginal dans le monde de l’édition[7] que la maison peut se permettre ce pas de côté, où elle détourne les codes du livre tout en gardant une image de littérature prestigieuse. 


Merci à Pascal Durand pour les nombreuses idées supplémentaires et le rappel de certaines références.

[1] Je reprends ici la définition composée par Alain Viala pour le site de ressources Socius : Alain Viala, “Posture”, dans Socius, ressources-socius.info/index.php/lexique/21-lexique/69-posture.
[2] Michel Laclos, Mots croisés 6, Zulma, Paris, 2021 et Georges Perec, Nouveaux jeux intéressants, Zulma, Paris, 2014. 
[3] Les Mots croisés de Laclos se déclinent en collection, et les Nouveaux jeux intéressants font suite aux Jeux intéressants de Georges Perec parus six ans plus tôt chez Zulma.
[4] Les visuels de la maison sont réalisés par David Pearon, typographe et « book designer » londonien qui a notamment travaillé chez Penguin Books. Voir David Pearson, Index Grafik, http://indexgrafik.fr/david-pearson/ [consulté le 17/05/23]
[5] Michel Laclos, Mots croisés 6, Zulma, Paris, 2021, p. 5.
[6] Georges Perec, Nouveaux jeux intéressants, Zulma, Paris, 2014, quatrième de couverture.
[7] La maison publie en grande partie des traductions, ce qui s’écarte du genre dominant, la “littérature blanche” de langue française.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Victor Krywicki (17 mai 2023). Étudier la posture par le paratexte : deux degrés de littérarisation du jeu aux éditions Zulma. Victor Krywicki. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11n8r


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search